Réveil chamanique par le corps…

Je ne me souviens plus de la dernière fois, avant ce soir, où j’ai pratiqué un rituel chamanique. Depuis 3 presque 4 ans, j’en étais devenue incapable. L’énergie manquait. La connexion n’était plus là, comme morte ou inaccessible. Je n’étais plus capable de passer par cette voie. Elle m’était comme fermée. Sauf les rêves. Mais moi et les rêves, c’est une longue histoire, que je consigne dans un journal comprenant les récits de souvenirs de songes de plusieurs années. Mais le rituel chamanique, le voyage, la transe, la quête de vision rien depuis presque 4 ans… nada !

Photo by Cindy Chen on Unsplash

Le corps véhicule de la transe

Jusqu’à hier soir… je vivais dans un état de connexion rompue ou difficile à établir. Et puis, je me suis allongée dans l’herbe sous la voûte étoilée. Il était entre 21h et 22h. Je n’ai pas vraiment regardé l’heure à vrai dire. Ce n’était pas important. Je me suis perdue dans la contemplation des étoiles et l’immensité de l’univers. Son mystère est fascinant et émerveillant. Face à lui, on reprend conscience de sa véritable mesure, toute petite face à l’immensité de la création et du cosmos. Et puis je me suis reconnectée à la terre, pieds nus et mains posés à plat sur elle. Mon chat est aussi venu me faire des câlins. Mon corps s’est détendu au contact de l’herbe, du sol et de la fraicheur nocturne. J’ai respiré avec mon ventre. Mes poumons se sont gonflés d’air. Je me suis sentie régénérée et puis de nouveau dans mon corps, les sens en éveil. Ces derniers temps, il était comme une carapace parfois insensible, parfois trop douloureuse (mal de dos, de cervicales, courbatures, tensions musculaires, maux de têtes..etc). Et puis… je ne sais pas, j’ai eu l’intuition ou l’envie de mettre un fond de musique entre guillemets dites « chamaniques ». Et au son du hochet, j’ai dansé, bougé en rythme comme si mon corps était un hochet, comme si il était rempli de petits grains de sable à faire vibrer. Alors j’ai vibré, secoué chaque partie de mon corps. J’ai sentie là où s’était plus souple, facile à « shaker » et là où ça résistait. Les endroits plus rigides, moins souples, je les connais. Cela n’a pas été une révélation, mais plutôt une confirmation. Alors je me suis employée à les faire vibrer, à les remuer comme le reste. C’était vivifiant et énergique. Personne ne me voyait et tant mieux. Car ma danse saccadée n’avait sûrement rien d’esthétique. Je bougeais de tout mon corps. On aurait pu me prendre pour une folle. Mais j’étais abritée par le manteau sombre de la nuit. Nul regard n’ai venu juger mon expérience.

Image by Алина Осипова from Pixabay

Lâcher prise pour se sentir un être vibrant

Je me suis arrêté essoufflée, mais si bien dans ce corps que j’habitais à nouveau. J’ai dormi comme un bébé, détendue. Et le lendemain matin, pas de courbatures, pas de tensions, là où j’en avais depuis des mois. Et ce soir, j’ai renouvelé l’expérience. Habiter ce corps, totalement et pleinement m’a redonné accès à la transe. Loin de me clouer au sol, cet ancrage dans le corps a permis à nouveau à mon esprit de pouvoir s’envoler, se laisser prendre par les vibrations du tambour et du hochet. Juste vibrer. Vibrer comme tout l’univers autour de soi. Je ne suis pas partie très loin. Car je ne le souhaitais pas. Mais j’ai senti à nouveau que j’en étais capable et que les chemins s’ouvraient pour moi, si je le désirai, si je lâchais prise et me contentait d’être au son de la musique. Juste d’être… un être vibrant.

Intuition, rêves et médiumnité : des expériences surprenantes !

L’intuition, les rêves prémonitoires et la médiumnité sont des sujets, dont je parlais avec prudence. Car tous mes interlocuteurs n’étaient pas forcément réceptifs à ces sujets. Aujourd’hui, j’écris pourtant sans craintes. Car je considère que mettre un tabou sur un sujet, est contre-productif. Cela crée des incompréhensions, des jugements négatifs et des quiproquos nuisibles au vivre ensemble. A l’extrême, cela peut même conduire au rejet et à la discrimination ou laisser le champs libre aux manipulateurs.

Médiumnité : ignorance, peur et préjugés

Ces thèmes touchent au domaine des phénomènes inexpliqués ou pour les plus sceptiques, de la superstition. Et qui dit superstition, dit parfois moqueries ou mise en doute de la crédibilité des personnes ayant vécu ces expériences. Ce qui peut se comprendre, car il y a effectivement quelques personnes de peu de foi dans le lot. Mais pourquoi mettre tout le monde dans le même sac ? N’est-ce pas un jugement hâtif ? Car en réalité les personnes ayant vécu des expériences hors normes sont les premières à douter de ce qu’elles ont vécu. Elles sont souvent les premières à se demander si elles ne sont pas folles ou victimes d’une illusion, d’un hasard fortuit. Elles ne sont pas forcément superstitieuses, mal éduquées ou irrationnelles.

Témoignages

Pourquoi je parle de ce sujet ? Et bien parce que moi-même j’ai vécu des expériences étranges, ainsi que de proches. Heureusement, la parole se libère sur le sujet et on trouve de plus en plus de témoignages écrits sous forme de livres, de blogs ou en vidéo sur Youtube par exemple. Ce sont des Messieurs ou mesdames Toutlemonde, qui un jour sont confrontés à un phénomène extraordinaire, irrationnel ou inexplicable (rêve prémonitoire, intuition, communication avec les défunts, vision, etc). Je me suis reconnue dans certains articles. Ce que j’ai vécu est plus en rapport, avec ce qui touche au domaine des rêves prémonitoires, de l’intuition, des coïncidences troublantes et/ou des synchronicités. Je ne contrôle pas le phénomène. Cela n’arrive pas sur « commande ». Il peut parfois se passer des mois, voire des années entre deux expériences troublantes.

Rêves prémonitoires et intuition, ma propre expérience

J’ai noté certains de mes rêves, les plus intenses. Intense signifie pour moi intense au niveau des perceptions. C’est à dire que le rêve me semblait très proche de la réalité, comme de déambuler dans un autre monde. C’est à dire, qu’il était en couleur, avec parfois des odeurs associées aux lieux, la sensation du toucher et l’espace en 3 dimensions, etc. Je n’y étais pas spectatrice, mais actrice, comme immergée dans un autre univers. Ces rêves sont rares. Mais, suffisamment surprenant, pour que je m’en souvienne. Et dans ce type de songe, je prends conscience à un moment donné de rêver. Mais cela n’interrompt pas toujours l’expérience immédiatement. Je crois que l’on appel ça, le rêve lucide. Il m’arrivait par exemple avec un ami lorsque j’étais adolescente, d’être informée entre 24h et une semaine à l’avance, qu’il allait m’appeler. Cela fonctionnait uniquement pendant les périodes de perte de contact prolongé de contact. J’ai constaté que c’est arrivé bien trop souvent, pour que ce soit seulement une coïncidence. Et toujours dans des circonstances ou rien, ni personne ne pouvait m’avoir informé de son intention d’appeler à l’avance. Cela ne fonctionne pas avec mes autres proches. A part mon mari, pendant l’année où il travaillait sur Paris, alors que j’étais resté en Pays de la Loire. Depuis plusieurs années, je note d’ailleurs mes rêves les plus marquants dans un journal onirique, lucides ou pas, dans un journal. La plupart m’aide à mieux me connaître et quelques uns beaucoup plus rares se révèlent prémonitoires. J’ai remarqué certains élements récurrents, lieux, objets ou personnes dans mes rêves et ce que leurs présences signifient pour moi.

Recherches scientifiques et parole libérée autour de la médiumnité

Je pense qu’il est important de libérer la parole sur ce sujet. Les préjugés, qui circulent à ce propos, n’aident en rien à comprendre ces phénomènes. Ces jugements négatifs ne peuvent pas plus à répondre aux questionnements, de ceux qui les vivent. Heureusement, des scientifiques s’intéressent aussi au sujet et permettent d’aborder la question avec pragmatisme. Je pense dans le domaine du rêve éveillé à Stephen Laberge ou George Romey. Pour la synchronicité, il y a Karl Gustav Jung et le physicien Wolfgang Pauli, etc. Il y a de nombreuses peurs et incompréhensions autour de ces domaines. Il est important de les comprendre et de les écouter, pour ne pas rester bloqué ou s’auto-censurer par crainte du regard des autres.

Et toi as-tu vécu des expériences de ce type ?

A lire aussi :

  • Définition du mot « médium » Wikipedia
  • Médium du latin medius, qui signifie intermédiaire, milieu, au centre. Un médium est perçu comme une personne qui sert d’intermédiaire entre le monde terrestre, matériel et celui des esprits, spirituel.

Significations, pouvoirs et usages des couleurs pour vos rituels

Les couleurs ont un pouvoir. Celui-ci est étudié et utilisé dans trois domaines la psychologie des couleurs, la chromothérapie et la magie rituelle. La psychologie des couleurs étudient l’effet des couleurs sur l’activité cérébrale et notamment les émotions. La chromothérapie, quant à elle, fait appel à des lumières colorées projetées sur le corps ou sur des zones spécifiques. Elle a pour objectif de soigner le corps (insomnie, fatigue, tension, anxiété, système immunitaire…) et l’aider à retrouver l’harmonie. Bien avant cela, les couleurs ont aussi été utilisées en magie et dans les traditions spirituelles anciennes. Les vêtements rituels, les édifices sacrés, les jours de fête et les divinités pouvaient se voir attribuer une ou plusieurs couleurs préférentielles.

comment utiliser les couleurs en magie ?
Photo – Sandeep Kr Yadav

Expérimenter le pouvoir des couleurs

Si vous avez effectué comme moi des recherches à ce sujet, vous aurez constaté, que la signification et les associations faites avec les couleurs ne sont jamais totalement les mêmes d’une source à l’autre. On retrouve beaucoup de réponses communes, cependant il y a aussi des petites différences. Et c’est tout à fait normal. Le sens qu’on attribue à une couleur peut varier selon les cultures, mais aussi selon les personnes et leur vécu. Il n’y a donc pas une grille de lecture unique à ce sujet. Il me semble par conséquent important, si vous voulez utiliser les couleurs en magie, de prendre du temps pour découvrir qu’est-ce qu’elles évoquent pour vous. En effet, nous mettons aussi de nous-même, de nos énergies et de nos intentions dans un rituel. Si vous ne vous sentez pas en accord avec le sens donné à une couleur pour un usage précis, cela peut perturber la bonne réalisation.

Proximité des couleurs

Rassurez-vous, globalement les associations d’idées, d’émotions et de sens avec les couleurs restent généralement assez proches, d’après mon expérience. Il est peu probable que vous soyez en total désaccord avec les lectures déjà existantes. Enfin, pour moi, cela n’a pas été le cas. Ces grilles de lecture peuvent vous aider au début, si vous avez un blocage ou des difficultés à exprimer ce que vous ressentez vis à vis des couleurs. Certaines couleurs peuvent partager une association ou un sens, par exemple le bleu et le violet peuvent toutes deux évoquer la sagesse. Il faut dire aussi que le violet étant composé de bleu, il n’est pas étonnant qu’il lui soit apparenté. Idem avec le jaune et le orange, toutes deux des couleurs optimistes et joyeuses.

Grille de lecture symbolique et utilisation des couleurs en magie

Pour vous aider, je vous livre ci-dessous ma propre grille concernant les couleurs primaires (rouge, jeune, bleu) et les couleurs secondaires (vert, violet, organe). Il y a aussi le noir et le blanc. Scientifiquement, ces deux dernières ne sont pas considérées comme des couleurs. En effet en synthèse additive (lumière), l’addition de toutes les lumières colorées donne le blanc, alors que l’absence de lumière donne le noir. Ne figurent pas ici les gris colorés et les pastels tel que le rose, le marron ou le gris/argent par exemple.

Etre à l’écoute de vos sensations et de votre intuition

Mais gardez bien à l’esprit d’écouter vos sensations et de vous fier à votre expérience, pour y apporter votre « touche ». Ensuite, référez-vous aux traditions spirituelles et références culturelles, qui alimentent votre cheminement pour ajouter les correspondances divinités/couleurs ou fêtes/couleurs appropriées, etc.

Rouge : sang, cœur, énergie, urgence, danger, alerte, colère, peur, amour passion, sexualité et fertilité animal, violence, puissance, feu, volonté, chaleur, courage ou force pour surmonter les obstacles, énergie et guérison physique.

Bleu : calme, froid, stabilité, paix, patience, profondeur, eau, ordre, intelligence, fiabilité, harmonie, sagesse, voyage, découverte, énergie et guérison psychique, administration, gestion, entreprise.

Jaune : lumière, soleil, égo, air, joie, clarté, optimisme, énergie stimulante et revitalisante, enthousiasme, concentration, communication favorisée, travail intellectuel, confiance en soi, puissance, pouvoir, charisme, charme.

Vert : chlorophylle, vitalité, abondance, printemps, croissance, fertilité végétale, argent et finances, prospérité, abondance, chance, terre, émotions, compassion, pardon, compréhension, fraîcheur, espoir, nature.

Violet : sagesse, mystère, secret, divination, autorité spirituelle, pouvoir, royauté, connexion au divin, rêve, vision, spiritualité, apaisement, voyance, médiumnité.

Orange : confort, chaleur, santé, énergie, célébration, créativité, expression de soi, gratitude, inspiration, énergie, couleur tonique, bonne humeur, optimisme, joie, ouverture d’esprit, équilibre corps/esprit.

Blanc : pureté, lumière, jour, plein, unité, plénitude, accomplissement, naissance, consécration.

Noir : deuil, vide, dépouillement, sobriété, mort, obscurité, nuit, bannissement, conjuration.

Il y aurait tellement à dire sur les couleurs…

Bien entendu, il faudrait plus d’un article pour explorer totalement le sujet. Ce billet est plutôt une introduction pour débuter. Par exemple, le pouvoir et le symbolisme des couleurs est aussi utilisé en art thérapie. Dans ce domaine, il est utilisé en lien avec le domaine de la psychologie des couleurs. Les artistes se sont aussi interrogés sur le sujet comme par exemple Johannes Itten.

Et vous ?

Avez-vous déjà utilisé les couleurs dans un rituel ou pour vous soigner ? Qu’en avez-vous pensé ? Quelle est votre couleur préférée et pourquoi ?

Oracle « Sacred traveler » : trouver son orientation…

Ces jours-ci, je m’interroge sur la direction à donner à ma vie. Cela arrive de temps en temps. Quand j’arrive à une période charnière, de doutes et de remises en question. Mes problèmes de santé impactent ma vie profesionnelle et personnelle. J’ai dû réduire mon temps de travail, ce qui a réduit aussi mes revenus et donc rendu plus difficile la gestion de notre budget familial. Idéalement, il faudrait que je change (trop de temps sur écran, trop de trajet, perspective d’évolution inexistante, etc). J’ai plein d’idées, mais leurs mises en application n’ont pas été couronnées de succès. J’ai des ressources (compétences, expériences, etc), mais je ne sais pas vraiment dans quel domaine et quel but les utiliser. Je surveille le marché de l’emploi, mais je n’ai pas trouvé d’offre correspondant à mes compétences et compatibles avec mes problèmes de santé. Celles auxquels j’ai postulé, n’ont pas eu de retours positifs. Bref, c’est pas la joie…

Oracle Sacred Traveler de Denise Linn

J’ai donc décidé de tirer une carte du jeu « Sacred Traveler » de Denis Linn. j’aime beaucoup ce jeu, notamment parce qu’il fait intervenir cette notion de « voyageur », on peut dire de cheminant aussi en français. La vie et l’initiation est pour moi à l’image d’un voyage. C’est une métaphore, qui a été et est toujours très présente dans mes expériences. Cela me rappelle un voyage chamanique, effectué il y a quelques années alors que je finissais mon cursus à l’EMD (école des mystères de la déesse). Il y a deux élements, qui m’avait marqué dans cette vision. Je tenais dans mes mains à un moment clé, le pendentif d’une étoile et un gouvernail. Hors, il se trouve que dans la carte que j’ai tiré ces deux élements sont présents. Ainsi que le symbole du cœur (voie du cœur, intelligence du cœur), lui aussi important. Me voilà donc avec trois élements récurrents de mon cheminement, est-ce pour me rappeler des choses laissées de côté dans le passé et vers lesquelles je devrais revenir ? Car, ces derniers jours, je repensais justement à des activités (écriture, créations artistiques, communication…) et surtout des causes (spirituelles, environnementales, sociales…) qui me tiennent à cœur, que j’ai cessé de défendre, ne croyant plus en mes capacités à les porter et à incarner leurs messages. Me croyant « pas assez bien » pour ça, indigne, imparfaite ou pas la « bonne personne ». Parce que comme vous, je n’ai pas toujours confiance en moi, je doute de mes capacités et parfois aussi de ma place dans ce monde.

Lecture de symboles

Gouvernail : diriger, se diriger, choisir une direction, s’orienter.
Étoile : inspiration divine, inspiration ou guidance céleste, lumière, point de repère, moyen de s’orienter, l’au-delà, le monde céleste, messager ou guide.
Cœur : la partie authentique en soi, l’être profond, la partie émotionnel et/ou intuitive, le lieu de résidence de la divinité en soi, essence divine en soi, la flamme de vie en soi.

La carte « Voyage du cœur » – Voyage of the heart

Signification de la carte selon l’auteur : Tu es aimé. Tu es profondément aimé et profondément aimable. Tu es un vaisseau sacré pour que l’amour te traverse. « Ce qui est divin » est amour et dans ton essence, toi aussi. En ce qui concerne l’amour, tout guérit (ou tout est déjà guéri) sur les plans intérieurs. Fais confiance au message de ton cœur et suis-le, même s’il est contraire à ton esprit (sens intellect, raison). Les guides/les esprits communiquent avec toi, écoute leurs chuchotements.

texte traduit de l’anglais, Sacred Traveler, Denise Linn

Seren Eirian, le 5 janvier 2020

Comment célébrer le solstice d’hiver ?

Dans les cycles naturels et le calendrier païen contemporain, nous arrivons actuellement à la période du solstice d’hiver. Ce moment de l’année fut autrefois associé à de nombreuses fêtes et figures divines à travers le monde. Par exemple Sol Invictus et les Saturnales durant l’Empire Romain, Yule dans les traditions germaniques, fête du Dongzhi en Chine, Poingal en Inde, etc. Il l’est encore aujourd’hui pour les pratiquants modernes de spiritualités dites de la terre, personnelles sans étiquettes, païennes éclectiques ou héritières d’anciennes traditions. En effet, quel que soit nos croyances, les cycles naturels s’enchaînent. Les solstices et les équinoxes se produisent indépendamment des querelles idéologiques et théologiques des êtres humains. Ils nous relient au mystère de la vie et de la création de façon intemporel, quelque soit votre origine sociale, culturelle ou géographique.

Le solstice d’hiver

Il s‘agit de la nuit la plus longue de l’année (autour du 21 décembre). Cette date marque le début de l’hiver et l’allongement de la durée d’ensoleillement. Ceci est perçu comme une victoire du soleil ou de la lumière, sur la nuit ou les ténèbres. C’est l’espoir du retour des jours meilleurs, c’est à dire la saison chaude ou lumineuse, qui est aussi celle de la croissance de la nature et de l’abondance (fleurs, fruits, nourriture…etc).

Les symboles utilisés pour la décoration

Les plantes aux feuillages persistants

Cette période de l’année est associée à un espoir du retour de la vie ou sa persistance malgré le froid où les difficultés. C’est pourquoi des plantes, qui restent vertes en hiver, sont utilisées dans la décoration, comme le houx, le gui, le sapin ou encore la fragonnette (fragon faux houx ou Petit-houx). On utilise à table comme en décoration les fruits de l’automne, que l’on peut encore consommer en hiver comme la pomme, les noix et les noisettes. On peut y ajouter des rondelles d’oranges séchées, des pommes de pin et des bâtons de cannelle.

houx, sapin et plantes de Yule (Noël) aux feuillages persistants

Bougie, lanternes et lampions

Le solstice d’hiver étant la nuit la plus longue pendant laquelle la lumière devient victorieuse des ténèbres, on utilise aussi beaucoup de bougies et de lanternes. Autrefois, c’était par nécessité pour s’éclairer car le jour tombait vite. Aujourd’hui, c’est surtout utilisé en décoration. 

Bougies de la fête de Yule (Noël)

La bûche de Yule (Noël)

Il y a aussi la tradition de la bûche de Noël ou bûche de Yule. Avant d’être un dessert au chocolat, c’était une véritable bûche de bois, de grosse taille, qu’on mettait à brûler dans la cheminée. Placée dans l’âtre, elle était décorée avec des feuillages de saisons. Elle devait brûler toute la nuit, puis se consumer pendant 12 jours avant d’être éteinte de manière cérémonielle. Elle était allumée avec les restes du feu de Yule de l’année précédente. Du temps de mon grand-père, elle devait seulement rester allumée durant les 12 heures de la nuit de Noël. J’ai eu la chance enfant de grandir dans une maison possédant une grande cheminée, dans laquelle nous déposions la plus grosse bûche de notre réserve de bois, pour la nuit de Noël. Vous pouvez conserver des cendres de la bûche de Yule et les utiliser comme amulette de protection pour votre foyer.

« Le Soleil à chaque fin de cycle revient toujours, et avec lui l’élan de la vie. Souffle sur la braise de la bûche de Yule et le feu renaîtra encore une fois cette nuit !  »

Seren Eirian

Activités du solstice d’hiver

Veillée de Yule et salutation au soleil

Pour célébrer le solstice d’hiver vous pouvez organiser un dîner aux chandelles. Avec vos convives vous pouvez ensuite faire une “veillée”. C’est à dire rester éveillés tard ou durant toute la nuit (pour les plus courageux) en racontant des contes et légendes de l’hiver et en jouant à des jeux de société. C’est d’ailleurs un bon moyen de transmettre les histoires familiales, les légendes locales et les traditions familiales aux plus jeunes. Puis, au petit matin, vous pouvez assister ensemble au lever du soleil. Vous pouvez alors observer et saluer le soleil “renaissant” et célébrer le retour de la lumière.

Reprendre contact avec la nature et observer les étoiles

Une autre façon de célébrer le solstice est de déjeuner ensemble le midi et de partir l’après-midi, si le temps le permet, de faire une randonnée. C’est l’occasion de prendre des jumelles et d’observer la nature, mais aussi de déposer dans les mangeoires à oiseaux de la nourriture pour eux. Le soir, ce peut-être aussi l’occasion de faire une marche aux flambeaux et d’observer les étoiles dans le ciel, si celui-ci est dégagé.

oiseau sur un piquet au solstice d'hiver

Faire son bilan de l’année et éprouver de la gratitude

Le solstice peut être fêté de façon plus intime et être l’occasion de faire un bilan de l’année. On liste nos réussites, on lâche prise sur nos échecs en notant ce qu’ils nous ont appris. C’est aussi le moment de rédiger des cartes de gratitude et de remercier les gens, qui nous ont aidé ou soutenu au cours de l’année.

Faire preuve de solidarité et célébrer le vivre ensemble

Vous pouvez aussi faire un don à une banque alimentaire, donner des jouets enfants défavorisés, faire du bénévolat auprès des plus démunis ou des personnes âgées. Le solstice d’hiver est le moment de l’année où on se montre plus solidaire face à l’adversité et aux difficultés, représentés par l’hiver et les ténèbres. La force de la communauté, la coopération, le vivre ensemble et la famille sont des valeurs mises en avant. Face aux difficultés de l’hiver, le groupe fait preuve de solidarité et on ne laisse pas le(s) plus faible(s) seule(s) et sans ressources. Car chaque membre du groupe apporte une contribution unique et de valeur à l’ensemble. Négliger un individu, c’est négliger tout le groupe.

J’espère que cet article vous aura donné des idées ou des pistes de réflexion, concernant la façon de célébrer le solstice d’hiver. N’hésitez pas à partager vos expériences dans les commentaires. Je serai ravie de découvrir vos traditions et vos suggestions.

L’addiction ou la dépendance nocive au tarot

Cela fait un moment que je voulais écrire là-dessus. Parce que j’ai remarqué, que comme pour l’alcool, les jeux de hasard ou le sexe, je pense qu’on peut devenir addict au tarot (ou jeux divinatoires, voyance) dans le sens péjoratif ou pathologique du terme. C’est classé dans les dépendances sans substance. Pourtant, si j’ai quelques d’articles sur le sujet côté anglophone, cela a été beaucoup plus difficile à trouver côté francophone. Est-ce que le sujet dérange ou est-ce qu’on sous-estime le fait de devenir dépendant de ce type de support ? Je ne sais pas.

Le tarot est un outil superflu

En effet, même si cet outil fait partie de ma panoplie. Je n’ai jamais compris les gens, qui éprouvent le besoin de le consulter tous les jours ou toutes les semaines (hors phase d’apprentissage d’un jeu). Et si j’en propose l’usage sur mon site et ma chaîne youtube, je n’en fais pas le centre de ma pratique spirituelle. Car pratiquer le tarot ne rend pas spirituel. Cela reste un outil, il faut bien garder cela à l’esprit. La spiritualité est dans la façon d’être et d’agir dans le monde. Il y a des personnes d’une grande sagesse, qui n’ont jamais touché un tarot, ni consulté de tarologue de leur vie. Le tarot peut-être utile, mais il n’est pas indispensable.

Le tarot contre les angoisses de l’avenir

De mémoire, la seule période pendant laquelle j’ai plus consulté ce type de cartes, c’était l’adolescence. Mais, c’était parce que j’angoissais pour mon avenir et que j’avais peur de prendre certaines décisions. Je me souviens avoir posé avec mes copines plusieurs fois la même question, à quelques jours d’intervalle, espérant une réponse différente. Ce qu’il ne faut jamais faire évidement. C’est le meilleur moyen de douter et de s’embrouiller l’esprit.

Il m’a été donné d’observer que cette addiction peut apparaître suite à un événement bouleversant dans la vie, comme le décès d’un proche, un licenciement ou une rupture amoureuse. Le tirage de tarot va venir calmer les angoisses et rassurer la personne. Et cela ne concerne pas que les gens qu’on pense crédules ou naïfs par manque d’intelligence. Cela a plutôt à voir avec un besoin d’être réconforté ou conforté dans ses choix. C’est une façon de s’imaginer avoir une prise sur l’avenir, si incertain, à un moment où on se sent vulnérable dans sa vie. Le recours compulsif au tarot peut cacher un mal-être ou une dépression.

Les signes d’une addiction

  • tu ressens le besoin de consulter pour chaque décision ou acte de ta vie,
  • tu insistes pour que ton tarologue te donne une réponse en Oui ou Non à une question, même si il/elle t’explique que ça ne marche pas comme ça un tirage,
  • tu consultes tous les matins une ou plusieurs vidéos de tirage des énergies du jour,
  • au lieu d’écouter les conseils d’un tirage effectué pour ta situation, tu vas consulter plusieurs médiums pour avoir différentes lectures, sans jamais être satisfait,
  • ta seule façon d’avoir de l’espoir concernant ta situation est d’effectuer/consulter une lecture de cartes,
  • si tu possèdes ton propre jeu, tu vas reposer plusieurs fois la même question en la reformulant dans l’espoir d’avoir une réponse qui te convient,
  • tu dépenses de plus en plus d’argent et de temps en consultation et en achat de jeux de cartes, au point d’être à découvert ou d’oublier de payer des choses essentielles (loyer, nourriture, frais de santé, cantine des enfants, etc).

Comment remédier à cet usage compulsif ?

Il faut te souvenir qu’une lecture de tarot ou de jeu divinatoire te permet de comprendre les leçons du passé et les énergies du présent. Il ne peut pas prédire un futur précis, seulement des potentialités de développement par rapport à la situation présente. L’avenir, c’est ce que tu choisis de vivre à travers les décisions que tu prends et les actions, que tu poses ! Il faut éviter de poser plusieurs fois la même question à quelques jours d’intervalle et à plusieurs pratiquants différents, en espérant une autre réponse. Agis avant de demander une lecture de tarot. N’utilises jamais le tarot comme une excuse pour ne pas prendre de décision ou agir. Avant de demander un tirage, poses-toi sérieusement la question du pourquoi de ta demande. Limite-toi à pas plus d’une lecture par semaine. Au lieu d’anticiper l’avenir, apprends à vivre dans le présent (méditation de pleine conscience, lâcher prise…). N’hésite pas à demander de l’aide et faire un point avec un psychologue concernant cette addiction.

Le bol de sel pour bannir l’énergie négative de la maison

As-tu remarqué qu’une balade ou une baignade en bord de mer à des propriétés énergisantes et rafraîchissantes ? De nombreuses civilisations et traditions utilisent le sel dans leur rituel pour protéger, nettoyer et éloigner les influences négatives. Aujourd’hui, je vais te parler du bol de sel, un outil proche des jarres ou bocal de protection dans le principe, qui utilise le sel.

Bol de sel, herbes et épices protectrices

L’usage du sel pour assainir

En Égypte, c’est un produit proche dans sa composition, le natron qui est employé pour un usage similaire. En médecine, aujourd’hui on utilise des sprays de solution saline ou d’eau de mer pour aider à nettoyer ou décongestionner les voies nasales. Dans les boutiques ésotériques ont trouve aussi les fameuses lampes de sel, faite d’un bloc de sel de l’Himalaya. Elles auraient un pouvoir ionisateur naturel. Car l’ampoule ou de la bougie située dans la lampe, en chauffant les cristaux de sel, permettrait de produire des ions négatifs.

Le bol de sel pour nettoyer et protéger la maison

Le choix du bol

Pour bénéficier des propriétés du sel dans ton foyer (et/ou du natron), il est possible de réaliser un bol de sel protecteur. Tu auras besoin d’un bol, si possible non poreux donc pas en bois, pour y laisser le sel sans risque de l’abîmer. Ensuite, j’y mets plutôt du sel marin récolté de façon artisanale (sel de Guérande, de Noirmoutier, du Marais Breton,etc), qui a séché naturellement à l’air libre. J’évite les sels «industriels ». Je préfère utiliser aussi des sels français et de production artisanale, plutôt que des sels importés comme celui de l’Himalaya. L’impact carbone est moindre (coût du transport) et cela permet de soutenir les petits producteurs locaux, dont l’activité participe à l’entretien des marais salants.

Herbes et épices protectrices et purifiantes

J’y ajoute éventuellement des herbes et des épices aux propriétés proches ou complémentaires, selon mes besoins du moment: romarin séché du jardin, thym, feuilles de laurier, baie de genévrier, ail séchée, morceaux de citron coupés, poivre noir ou clous de girofle.

Intention

Ensuite, je prend le bol, je mélange le tout en énonçant mes intentions, par exemple : « Bol de sel, d’herbes et d’épices, purifie-nous et protège-nous. Protège cette maison et ses habitants des influences négatives. Éloigne le malheur, la maladie et nos ennemis. » Ensuite, je passe le bol de la sel dans la maison, soit dans le séjour qui est grosso-modo la pièce centrale, soit dans une pièce précise, si mon bol doit protéger celle-ci en particulier.

Usage quotidien du bol de sel

J’utilise aussi le bol pour nettoyer mon énergie en le touchant ou en passant mes mains au-dessus, lorsque j’en ressens le besoin. Si tes rebords de fenêtres ne sont pas en métal, tu peux les saupoudrer de ce même mélange. Attention cependant, si tu as des animaux domestiques, par exemple des chats, si ils aiment s’y percher. Il va de soi, que tu ne peux utiliser ce sel en cuisine. En effet, il aura capté les énergies négatives. Il sera donc impropre à la consommation. Ne le laisse pas dans un endroit où tes animaux de compagnie peuvent y goutter. Quand l’énergie du bol ne se sent plus, tu peux le changer (entre 7 jours et 1 mois grand maximum). Le renouvellement dépend aussi de la quantité employée. Son contenu peut-être jeté soit à la poubelle, soit dans un endroit que tu souhaites désherber dans ton jardin (empêche plantes de germer), par exemple une allée ou des fissures dans un pavage, un mur.

Les sauniers vendéens, Marais Breton, cote Atlantique

Rituel du Senut netjeriste américain

Le rituel du Senut est un rituel de la mouvance netjeriste contemporaine (néo-paganisme égyptien) et qui est propre à l’orthodoxie khémite américaine. Ayant cité ce mot dans mon article sur le natron, un des plus populaires sur ce site, j’ai décidé de vous expliquer de quoi il s’agit. Je tiens ces informations directement de cette communauté avec qui j’ai eu des contacts.

Rituel quotidien égyptien

Que signifie Senut ?

Le mot Senut (snwt), prononcer senout en français, désigne le reliquaire dans lequel se trouve la statue du dieu égyptien dans le temple. Les khémites orthodoxes traduisent par « shrine », ce qui signifie la même chose. Ce rituel est donc celui du reliquaire divin, mais chez soi, c’est à dire de l’espace sacré que les membres de K.O (abréviation pour kemetic orthodox) consacrent à leurs netjerou (divinités égyptiens patronnes ou personnelles, pluriel de netjer=dieu/divinité).

Les étapes du rituel du Senut

La purification

Avant le Senut, ils pratiquent des ablutions, qui sont l’étape de purification avant le rituel. Ils utilisent de l’eau, du natron pour se laver (toilette simple visage/mains ou douche complète) et un texte rituel faisant appel à des divinités liés à la purification rituel des temples de l’Égypte ancienne.

Le rituel devant l’autel

Sur l’autel sont disposés au minimum pour ce rituel des représentations des divinités, une bougie, un encensoir et un bol d’eau. Ils utilisent du Khypi, un encens égyptien ancien, dont une recette simplifiée adaptée à l’usage « moderne » leur ai fourni par leur leader spirituel Tamara Legan Siuda.

Le rituel commence par l’allumage de la bougie et celui de l’encens, accompagné d’une formule de bénédiction de ces éléments, inspirée des textes anciens (Textes des Pyramides je crois). Puis, vient l’offrande de l’eau aux netjerou, aux ancêtres, aux professeurs/enseignants (personnes vivantes et importantes dans la vie de la personne), au dieu Oupouaout l’ouvreur des chemins et à la déesse Maât (justice, harmonie, ordre social, équité..). Puis vient le temps de la prière personnelle où chacun s’exprime avec ses mots et selon son désir. Le rituel se termine par un remerciement en guise de clôture.

Les textes du rituel du Senut

Les textes utilisés sont une reprise de formules anciennes, parfois une adaptation. Ils restent dans l’ensemble très proches des formulations anciennes, dans le fond, la forme et le style. Pour le rituel quotidien à la maison, ils sont courts, pour être plus facilement prononçable et mémorisable. Vous pouvez trouver ces derniers dans l’ouvrage de Tamara L.Siuda, The ancient egyptian prayerbook au chapitre 2, qui lui ai consacré.

Livre de prières des anciens égyptiens, de Tamara Legan Siuda
Livre de prières des anciens égyptiens, de Tamara Legan Siuda

En août les étoiles filantes de Persée et le lever héliaque de Sirius (Sothis)

Le mois d’août est celui de la fête païenne de Lugnasad. Mais c’est aussi celui de la nuit des étoiles et du lever héliaque de Sirius. Cet événement astronomique, lorsqu’il était conjoint à la crue du Nil, marquait le début de l’année égyptienne. Je te propose de faire ensemble un bref tour d’horizon de ces événements astronomiques.

Les nuits des étoiles, hommage à Persée

Il s’agit d’une pluie d’étoiles filantes. Elle se déroule sur une période allant du 20 juillet jusqu’au alentour du 25 août. Mais, elle est plus facilement observable à l’œil nu au début août dans l’hémisphère Nord. En 2019, les dates sont les nuits du 2, 3 et 4 août et les alentours du 13 août. En effet à cette époque de l’année, la Terre est traversée par une traînée de poussières venant de la comète Swift-Tuttle. Il s’agit des Perséides, un essaim de météores issu de la comète. Le nom de Perséides vient du grec et désigne la descendance du demi-dieu Persée, fils de Danaé et de Zeus. Comme les traînées de cette pluie d’étoiles filantes donnent l’impression de venir de la constellation de Persée, elles ont été baptisées Perséides. Elles sont aussi appelées « larmes de saint Laurent », car ce phénomène se produit approximativement aux alentours de la fête de Saint Laurent de Rome, le 10 août.

Nuit des étoiles
Nuits des étoiles

Le lever héliaque de Sirius (Sothis, Sopdet)

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un lever héliaque ? C’est la période à laquelle une étoile devient visible à l’œil nu à l’Est, au-dessus de l’horizon terrestre à l’aube, juste avant que le soleil se lève. L’étoile semble alors le précéder de peu. Cela advient après une période pendant laquelle cette même étoile était cachée sous l’horizon. Toutes les étoiles n’ont pas de lever héliaque. Ce terme peut aussi être attribué à une planète. Le lever héliaque d’une étoile a été utilisé par plusieurs civilisations (grecque, sumérienne, babylonienne, maoris, égyptienne…) pour marquer des temps forts de l’année, comme les saisons ou le début d’une année par exemple.

« Au lever des Pléiades, filles d’Atlas, commencez à moissonner, et à leur coucher, à labourer. »

Hésiode

A l’époque de la civilisation égyptienne, le lever héliaque de Sirius (associée à la déesse égyptienne Sopdet ou Sothis) se produisait à la même période que la crue du Nil (fin juin, début juillet) et le solstice d’été. L’avènement conjoint de ces phénomènes marquaient le début de l’année du calendrier païen égyptien. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, le lever héliaque de l’étoile s’étant décalée plus avant dans l’été pour se produire désormais vers le 7 ou 8 août en Égypte. En Europe, le lever héliaque de Sirius est observable selon votre longitude approximativement vers le 18 août pour Nantes, le 19 août pour Paris et le 20 août pour Amiens par exemple (voir ce tableau). Pour une date plus précise, je te conseille de consulter le club d’astronomie le plus proche de chez toi. Il existe une calculette sur le site de l’Institut de mécanique céleste de Paris, mais elle ne permet de faire des calcul que pour les longitudes comprises entre 25° et 35° et les latitudes comprise entre 22° et 32°. Ceci correspond bien pour des villes situées en Égypte, mais s’avère inadaptée à des villes en Europe.

A propos de l’orientation d’une construction sur l’étoile Sirius et son décalage dans le temps

Je vous souhaite à tous et à toutes de belles observations du ciel et de belles célébrations spirituelles et/ou païennes estivales.

J’ai du mal avec les rituels quotidiens, les routines spirituelles…

Les rituels quotidiens et moi, ça fait deux. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours eu du mal à en instituer. Pourtant les périodes où je me suis astreinte à cela, j’ai vécu de bons moments. mais, je ne tiens pas sur la durée.

Rites de salutation au soleil

Mon rite quotidien favori demeure le salut au soleil le matin. C’est celui qui me procure le plus de joie et qui est le plus naturel ou spontané. Cependant, je n’arrive à en faire une routine. De la même façon, j’aime bien aussi celui du soir pour saluer le coucher du soleil. Ce sont deux moments de la journée qui me semblent magiques, entre deux mondes, entre le jour et la nuit, des charnières ou moment de passage. Et saluer cet astre est ce qui me semble le geste le plus concret et le plus évident d’une journée. Sans le soleil, pas de jour. Sans lui pas de vie. Idem pour les hommages aux cours d’eau. Sans eau pas de vie. Ou la terre.

Rites spontanés

Je pense que la spontanéité ou la sincérité sont les ingrédients essentiels pour que mes gestes aient du sens. Je n’arrive pas vraiment à me forcer à « faire », parce qu’on m’a dit de « faire » ou parce que c’est censé être « correct ». La relation au divin est personnel. Et je ne trouve pas d’intérêt ou de sens à forcer les choses. Pourtant j’aimerai bien rendre un hommage quotidien régulier. Et j’admire ceux, qui y parviennent. Je trouve que c’est un geste magnifique. Et j’ai essayé. C’est pour cela que récemment, j’ai créé un hymne au soleil levant de mon cru, simple et court. Pour essayer de nouveau, car le retour de la belle saison aussi m’inspire.

Sincérité versus conformisme

Peut-être que cela vient de mon enfance. Durant cette période, j’ai été forcée de réciter des chants et des prières à la catéchèse et à la messe, dont je ne comprenais pas le sens ou qui ne venait pas de mon cœur. Je le faisais parce qu’on me le demandais, sans me laisser d’autres choix. Par conformisme social. C’était ce qui était « correct » de faire, alors je le faisais. Du coup aujourd’hui, je ne peux plus faire d’actes relevant de la vie spirituel, de l’hommage à la vie ou au divin, si cela n’a pas de sens pour moi ou si ça ne vibre pas avec ce que je vis.